25 mai 2010

La décadence comme principale menace de la démocratie et du liberalisme

aron






Pour compléter mon article précédent, je souhaiterais vous rapporter quelques lignes de Raymond Aron au sujet de son essai Plaidoyer pour l'Europe décadente.

Elles ont le mérite de présenter directement et concrètement les problèmes que rencontre les régimes démocratiques contemporains :

"Deux philosophies (ou visions) de l'histoire inspirent simultanément ma méditations, bien qu'elles passent pour contradictoires : d'un coté la foi démocratique et libérale, la conviction que les régimes démocratico-libéraux, avec une économie mixte, constituent, à notre époque, la solution la meilleure ou, si l'on préfère, la moins mauvaise ; de l'autre coté, la conscience que ces mêmes régimes peuvent susciter une sorte de guerre civile permanente, les citoyens y devenir de purs consommateurs, les groupes de pression s'y multiplier et paralyser l'Etat. Sans adopter l'interprétation spenglérienne selon laquelle la civilisation urbaine, utilitaire, démocratique marque en tant que telle une phase de décadence des cultures, il est légitime de se demander, à la suite de Pareto et de beaucoup d'autres, si l'épanouissement des libertés, le pluralisme des convictions, l'hédonisme individualiste ne mettent pas en péril la cohérence des sociétés et leur capacité d'action."

Raymond Aron, Mémoires, Juillard, Paris, 1983, p. 680

Kleio


Commentaires sur La décadence comme principale menace de la démocratie et du liberalisme

Nouveau commentaire